Clément Ader (1841-1925)

Le personnage

image032.jpgCet ingénieur français fut le précurseur de l'aviation moderne. Dès son adolescence, il tenta de construire des engins capables de soulever un homme. Dans les années 1870, entré dans l'administration des Ponts et Chaussées, il construisit à ses frais un ballon fonctionnant sur le principe des aérostats.

Après avoir quitté l'administration en 1876, Clément Ader se mit à construire des engins volants à propulsion mécanique. Mais ce fut un inventeur fécond sur d'autres sujets : les chenilles de chars, la transmission stéréophonique ou " théatrophone ", l'aéroglisseur, le moteur V8…

Entre 1882 et 1889, il fabriqua un " avion " (le terme est de lui) muni d'un moteur à vapeur de 20 chevaux, d'une envergure de 14 m et baptisé Éole.

Le 9 octobre 1890, dans le parc du château d'Armainvilliers du banquier Pereire à Gretz (en S. & Marne) et sur une piste longue de 200 m, Clément Ader se souleva, à bord d'Éole, d'une vingtaine de centimètres et parcourut une distance de 49 mètres : ce fut le premier décollage de l'histoire de l'aviation. Ce vol n'était qu'un saut car Eole ne put jamais faire un vol soutenu et dirigé.

Il s'était procuré au moins 2 roussettes des Indes vivantes (chauve-souris mégachiroptère d'environ 1,30 m d'envergure, planant plus qu'elle ne vole) qu'il avait observées dans une volière construite dans son jardin à Paris, et s'était inspiré de leurs ailes pour la conception de l'Eole.

En 1892, Clément Ader signa avec le ministère de la Guerre un protocole prévoyant la construction d'un nouvel avion. Le 14 octobre 1897 au camp militaire de Satory près de Versailles, c'est à bord du bimoteur Avion III ou Aquilon que le "père de l'aviation" tenta de décoller, sans succès. Devant les Généraux Mensier et Grillon, sur une piste de 450 m, l'appareil quitte le sol sur 300 m, mais déporté par une bourrasque, il retombe hors piste et se brise en partie.

Après cet échec, les pouvoirs publics se désintéressèrent des projets de Clément Ader. En 1905, il vendit tout ce qu'il possédait à Paris et se retira à Muret. Contraint au secret militaire, il ne parlera de ses vols qu'en 1906 après celui de Santos-Dumont à Bagatelle, c'est à cause de ce silence qu'est née la controverse entretenue par les partisans des frères Wright. Il mourut à 84 ans le 3 mai 1925 à Toulouse après une reconnaissance nationale tardive, seul a survécu l'avion III qui est exposé à Paris au Musée des Arts et Métiers.

image034.jpg

Son histoire avec la Seine-et-Marne

image036.jpgGretz-Armainvilliers est aussi le berceau de l’aviation. Dans le domaine de la famille Pereire, Clément Ader fit décoller Éole, le premier avion.

Pour ce projet onéreux, Clément Ader trouva en son ami Isaac Pereire son mécène. Le premier vol concluant eut le 9 octobre 1890, à 16 h 05, dans les jardins du domaine.

 

Un procès-verbal a été rédigé, mais non signé, attestant que « Le 9 octobre 1890, à 4 heures 5 minutes du soir, dans le parc du château de Madame Pereire, à Armainvilliers, près de Gretz, a eu lieu une expérience concluante de navigation aérienne.  »

« L’avion numéro 1, portant le nom d’Éole et monté par Monsieur Ader, son inventeur, a perdu Terre et s’est soutenu dans l’air, sur ses ailes, en rasant le sol sur une distance d’environ 50 mètres, avec la seule ressource de sa force motrice. L’aire de manœuvre ayant 200 mètres de longueur et 25 mètres de largeur, sur de la terre battue par un rouleau ».

Ce vol, réalisé devant plusieurs témoins, ne fut officialisé qu’au XXe siècle.

image038.jpg

image040.jpg

 

Sources Internet :

Crédit à insérer : Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Clément Ader de Wikipédia en français (auteurs)

www.avionslegendaires.net