BARBARA   (1930 - 1997)

Auteur, compositeur, interprète

 

http://citations.rock.free.fr/html/images/barbara.jpgMonique Andrée Sert, dite Barbara (ou Barbara Brodi à ses débuts) est née le 9 juin 1930 à Paris 17e près du square des Batignolles. Elle est la fille de Jacques Serf, juif alsacien, et d'Esther Brodsky.

 

Bien avant que la guerre n'éclate, sa jeunesse est marquée par des déménagements successifs. De la rue Nolet à Paris en 1931 à Marseille en 1937, ceux-ci redoubleront sous l'occupation nazie pour fuir la chasse faite aux Juifs. S'y ajouteront les séparations pour déjouer les dénonciations. A la fin de la guerre, les membres de la famille se retrouvent au Vésinet près de Paris.

 

En 1946, les Serf s'installent dans le 20e arrondissement. Monique a seize ans. Peu attirée par les études, elle ambitionne depuis longtemps de devenir pianiste et chanteuse. Ses parents lui promettent de lui offrir des cours de chant. Au bout de quelques leçons, son professeur la présente à Maître Paulet, enseignant au Conservatoire de Paris qui la prend comme élève.

Son père accepte de lui louer un piano, Monique en joue d'instinct, sans prendre de leçons. Elle entre au Conservatoire comme auditrice mais, au chant classique, elle préfère la chanson populaire. Elle arrête les cours.

En 1948, après avoir passé une audition au Théâtre Mogador, elle est engagée comme choriste dans l'opérette Violettes impériales.

 

Voulant à tout prix concrétiser son rêve, devenir "pianiste chantante", en février 1950, elle quitte Paris pour Bruxelles. Sans ressources ni connaissances, la vie est difficile. Au hasard d'une rencontre, elle rejoint un groupe d'artistes à Charleroi. Là, elle trouve de l'aide et commence à chanter dans des cabarets sous le nom de Barbara Brodi (inspiré du nom de sa grand-mère, Varvara Brodsky). Son répertoire est constitué de chansons d'Edith Piaf, de Germaine Montero, de Juliette Gréco et de Jacques Brel. Chaque fois, le public la siffle copieusement.

 

Fin 1951, de retour à Paris pour des auditions sans lendemain, une amie pianiste lui présente Claude Sluys, jeune apprenti avocat habitué des lieux de spectacles. En 1952, il déniche le "théâtre du Cheval Blanc" et use de ses relations pour y ouvrir un cabaret afin qu'elle s'y produise sous le nom de Barbara.

Le succès ne se fait pas attendre et elle épouse Claude Sluys le 31 octobre 1953.
C'est aussi à ce moment qu'elle enregistre ses premières chansons : Mon pote le Gitan et l'Œillet blanc diffusées en 78 et 45 tours.

http://photo.ina.fr/volumeLR/ina_volume20101011/44289085_26797113/m_167630723_0.jpg

En 1955, les époux se séparent. Barbara chante dans de petits cabarets puis à "l'Ecluse" où elle a déjà chanté pour de courts engagements.

En 1958, elle réussit à s'imposer, sous le surnom de "La Chanteuse de minuit". Sa notoriété grandit et elle attire un public de fidèles en particulier parmi les étudiants du Quartier latin.

C'est cependant sous le nom de Barbara qu'elle effectue son premier passage à la télévision le 12 juillet 1958, sur l'unique chaîne de la RTF.

En 1961, elle décroche un tour de chant à Bobino, en première partie de Félix Marten. Sa présentation jugée trop austère n'est pas appréciée.

Deux années plus tard, Georges Brassens, après l'avoir entendu dans un nouveau répertoire, lui propose la première partie de son prochain spectacle à Bobino.

 

En attendant, en juillet 1964, elle se rend sans enthousiasme en Allemagne en réponse à l'invitation du directeur du "Junges Theater" de la ville universitaire de Göttingen. Agréablement surprise et touchée par l'accueil chaleureux qu'elle reçoit, elle prolonge son séjour d'une semaine. Le dernier soir, elle offre la chanson Göttingen qu'elle a écrite d'un trait dans les jardins du théâtre. En mai 1967, elle sera à Hambourg pour l'enregistrer, avec neuf autres titres traduits en allemand, et retournera chanter à Göttingen le 4 octobre. En 1988, Barbara recevra la Médaille d'honneur de la ville.

En 2002, Xavier Darcos, alors ministre délégué à l'enseignement scolaire, inscrit cette chanson aux programmes officiels des classes de l'école primaire.

En mars 1965, son premier album Philips "Barbara chante Barbara" obtient le prix de l'Académie Charles Cros et un réel succès commercial. Lors de la cérémonie, au Palais d'Orsay, Barbara déchira son prix en quatre pour le distribuer aux techniciens en marque de gratitude.

La même année, elle obtient un grand succès à Bobino. Le 15 septembre, jour de la première, France Inter organise une journée Barbara sur ses ondes. La chanteuse est si profondément marquée par cette première qu'elle l'immortalise peu après dans l'une de ses plus grandes chansons : Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous.

http://www.lefigaro.fr/medias/2012/11/23/6c7ab02c-357d-11e2-846e-975a684ce424-493x328.jpg

 

En février 1969, Barbara est à l'Olympia. À la fin de la première représentation, à la stupeur générale, qu'elle annonce qu'elle arrête le tour de chant. Toutefois, elle respecte ses engagements passés jusqu'en 1971.

 

Elle se produit au cinéma en compagnie de ses amis, Jacques Brel, Jean-Claude Brialy, Maurice Béjart. Aucun de ces films ne laissera de souvenirs mémorables.

 

Sa carrière musicale reste active dans les  années 1970, à la télévision en 1972 où elle interprète un duo avec Johny Hallyday puis en tournée à l'étranger. C'est aussi à cette période qu'elle se fixe à Précy-sur-Marne, ses textes et ses choix musicaux évoluent en profondeur et ses concerts de 1974 à 1978 accueillent de nouveaux titres importants.

 

Son album "Seule" est l'une des meilleures ventes de 1981. Elle interprétera notamment "Regarde" chanson pleine d'émotions qu'elle composa et chanta pour la campagne présidentielle de François Mitterrand. C'est lors de ce spectacle phare que la voix de la chanteuse, pour la première fois et irrémédiablement, se brise. Elle ne cherchera pas à le cacher mais saura au contraire s'en servir pour renforcer l'aspect dramatique et authentique de son interprétation.

 

Se renouvelant sans cesse, la chanteuse continue d'attirer un public très jeune, on lui décerne le Grand Prix National de la Chanson en reconnaissance de sa contribution à la culture française.

A cette époque elle devient active dans la collecte de financements pour le traitement du sida. Elle rend visite aux malades dans les hôpitaux et dans les prisons.

 

En 1988, elle est faite Chevalier de la Légion d'honneur par le président François Mitterrand.

 

En novembre/décembre 1993, Barbara est à nouveau sur la scène parisienne du Châtelet. C'est alors que des problèmes de santé la contraignent à interrompre les représentations. Après quelques jours de repos, elle retrouve son public, le temps d'enregistrer le spectacle, puis renonce à poursuivre et annule les dernières représentations. Suit une tournée. Son ultime apparition sur scène aura lieu le 26 mars 1994 au Centre de congrès de Tours.

 

Après seize années passées loin des studios, elle enregistre douze nouvelles chansons durant l'été 1996. Sorti le 6 novembre, cet album sobrement intitulé "Barbara" sera son chant du cygne.

 

Malade, elle consacre son temps à la rédaction de ses mémoires, interrompue par une infection respiratoire foudroyante le 24 novembre 1997. Elle meurt à l'hôpital américain de Neuilly à l'âge de 67 ans. Elle est enterrée, en présence d'une foule de 2000 personnes, dans le carré juif du cimetière de Bagneux au sud de Paris.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ce/Allee_Barbara.JPG/220px-Allee_Barbara.JPG

 

Son histoire avec la Seine et Marne

______________________________________________________________________________

 

Fin 1972, des amis de Barbara découvrent une maison à vendre à Précy-sur-Marne. La chanteuse la visite : elle est sous le charme et décide de l'acheter.

C'est une ancienne ferme composée de quatre corps de bâtiments à l'angle de la Grande rue et de la rue de Verdun.

Elle s'y installe début 1973 avec son piano.

 

http://www.infotourisme.net/uploads/villes/precy-sur-marne/77890853.jpg

Les volets donnant sur les deux rues resteront toujours fermés. Les pièces sont toutes tournées vers le jardin intérieur. Elle transforme la grange en petit théâtre. Elle appellera cette pièce La grange au loup. C'est dans cette pièce qu'elle répète chaque spectacle avec ses musiciens.

Cette maison devient le refuge de Barbara. Elle y vivait seule presque cloîtrée et s'y était cachée durant deux années, sans répondre au téléphone, sans écrire une chanson.

 

barbara 1Elle sortait rarement dans les rues du village.

 

Le 4 juin 1974 à 5h30, les gendarmes frappent au portail de la rue de Verdun. Personne ne répond, ils forcent la porte et trouvent Barbara inanimée sur son lit. Elle est transportée aux urgences à Meaux. " Mourir ou s'endormir ce n'est pas du tout la même chose. Une longue nuit où je les avais tous deux confondus peu s'en fallut, qu'au matin je ne me réveille plus".

 

En mars 1977, un incendie dû à un court-circuit se déclare dans la cuisine. Réveillée par son chat, Barbara se retrouve dans la rue. Le feu s'est limité au logement. La grange au loup n'a pas été atteinte. Les pianos sont intacts. Elle part en tournée pendant les travaux.

 

A chaque Noël, elle offre des cadeaux aux enfants du village. De temps en temps, elle est en contact avec Yves Duteil, maire de Précy-sur-Marne depuis 1989. Bien que ne partageant pas ses idées politiques, elle tient à participer discrètement à la vie du village.

 

Barbara meurt en 1997. Ses frères vendent une partie de ses biens aux enchères, dont les trois pianos mais sa maison a été léguée à sa gouvernante Béa.

 

 

 

Précy,

Bien sûr un jour, je m'en irai d'ici,

Plus loin

Là bas vers un autre pays

Mais, si je peux vouloir quelque chose,

Oh, j'aimerais que fleurissent mes roses

A ciel ouvert

Pour ceux qui s'aiment

A ciel ouvert

Que tu deviennes

 

Un square

Un square

Joli

Tout petit

Un square

Qui deviendrait le paradis

Pour tous les enfants

De Précy.

Oh, mon cher jardin

Précy

Oh, ma merveille

Mon Précy jardin.

 

Extrait de Précy, texte de Barbara

 

 

Sources :

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Barbara de Wikipédia en français (auteurs)

Biographie, site jesuismort.com

francois.faurant.free.fr/lieux/barbara_precy.html