Jean-Claude BRIALY  (1933 - 2007)

comédien, réalisateur, scénariste

 

Jean-Claude Brialy-1

Jean-Claude Brialy  est né le 30 mars 1933 à Aumale (Algérie).

Il est le fils d'un officier supérieur français qu'il suit dans ses multiples affectations pendant son enfance. Il passe ainsi par Blida puis Bône (Algérie) et Marseille. Puis la famille Brialy s'installe ensuite à Angers.

 

En 1946, il entre au Prytanée national militaire de La Flèche (Sarthe) avant de déménager à nouveau à Saint-Etienne et finalement passer son baccalauréat à Strasbourg où il suit parallèlement des cours d'art dramatique.

Il obtient le premier prix de comédie au conservatoire de Strasbourg et entre alors au Centre d'art dramatique de l'Est où il interprète différents rôles de théâtre.

 

Pendant son service militaire à Baden-Baden en Allemagne, il est affecté au service cinématographique de l'armée. C'est l'occasion pour lui de tourner son premier court-métrage Chiffonard et Bon Aloi.

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR8Tch1iEfM8xVcCL7bqj9S0QoMkaos3bIRUPpTRbjc1onaT1mK

En 1954, il arrive à Paris où il vit de petits boulots, ses parents refusant de l'aider. Il va dès lors multiplier apparitions et rôles dans des films, les plus connus étant Elena et les hommes de Jean Renoir en 1956, Ascenseur pour l'échafaud de Louis Malle en 1957 et surtout Le Beau Serge et les Cousins de Claude Chabrol qui lui apportent la célébrité.

 

 

Il devient un acteur prisé des réalisateurs, jouant pour Jean-Luc Godard dans une femme est une femme, pour Eric Rohmer dans Le genou de Claire et pour François Truffaut, dont il était très proche, dans La mariée était en noir.

Il tourne plusieurs films par an tout en jouant également au théâtre.

 

 

image005.jpg                            image007.jpg

                                                                                                       La Mariée était en noir avec Jeanne Moreau

 

En 1971, Il passe à la réalisation avec son premier film, Eglantine, tourné à Chambellay, un village d'Anjou où vivaient ses grands-parents. En 1979, il réalise pour la télévision, les malheurs de Sophie.

 

En 1977, il devient directeur du Théâtre Hébertot puis de 1986 à sa mort du Théâtre des Bouffes Parisiens. Il est longtemps directeur artistique du Festival d'Anjou ainsi que le créateur et directeur artistique du festival de Ramatuelle à partir de 1985.

 

En 2000 et 2004, il écrit deux livres auto-biographiques qui rencontrent un succès de librairie : "Le ruisseau des singes" où il évoque plus particulièrement les bons moments de son enfance  et "j'ai oublié de vous dire".

 

C'est une personnalité du tout-Paris et il intervient dans de nombreuses émissions de radio et de télévision. Cette proximité avec les artistes l'amène à assister à la plupart des enterrements de célébrités.

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTPxaN-3nbSk7T6e-oZ1QkE5RFKjzRY3bTqFF6-DHABwZO7DGwIVw

 

Jean-Claude Brialy s'est aussi beaucoup engagé dans la lutte contre le sida notamment aux côtés de Line Renaud.

 

En 2006, il tourne son dernier film, Monsieur Max de Gabriel Aghion.

 

En 2007, quelques jours avant sa mort, il est présent à Cannes pour les 60 ans du festival.

 

Jean-Claude Brialy meurt dans sa demeure de Monthyon en Seine et Marne le 30 mai 2007 des suites d'un cancer, maladie dont, même ses proches n'avaient pas été avertis.

Ses obsèques sont célébrés en l'église Saint-Louis-en-l'Île et il est enterré au cimetière de Montmartre, juste à côté de la célèbre "Dame aux Camélias".

 

http://s1.e-monsite.com/2009/09/21/12/33677473jean-claude-brialy-2314074-1350-jpg.jpg

 

En février 2013, le mobilier de l'appartement parisien du comédien a été vendu aux enchères. Le commissaire de vente indiquait : "Autour d'un très beau mobilier français classique, il y a quelque 150 tableaux, des portraits surtout, de toutes les époques essentiellement XVIIe et XVIIIe, et des oeuvres modernes signées Cocteau, Dufy, Leonor Fini, il y a aussi de très nombreux objets et bibelots".

 

 

Son ascendance

_____________________________________________________________________________

 

                                                           Jean BRIALY

                                                           Né le 15 juillet 1838 à Bagneux (36)

                                                           Marié le 9 juillet 1866 à St-Julien sur Cher (41)

                                                           avec Joséphine GAUTIER

                                                                       née le 4 juin 1844 à Brinay (18)

 

$

 

                                                           Jules BRIALY - garde républicain puis négociant

                                                           Né le 6 juillet 1878 à Orville (36)

                                                           Marié le 6 mai 1905 à Neuilly (92)

                                                           avec Jeanne Marie SORTAIS

                                                                       née le 16 juillet 1880 à la Chapelle Glain (44)

                                                                       décédée le 8 septembre 1954 à Chambellay (49)

                                                           Décédé le 16 juillet 1959 à Chambellay (49)

 

$

 

                                                           Roger Jean BRIALY - Officier d'artillerie

                                                           Né le 19 février 1906 à Sarzeau (56)

                                                           Marié le 19 février 1932 aux Pradeaux (63)

                                                           avec Suzanne Marie Jeanne ABRAHAM

                                                                       née le 1er septembre 1911 aux Pradeaux (63)

                                                           Décédé le 30 septembre 1986 à Cagnes-sur-Mer (06)

 

$

 

                                                                              Jean-Claude BRIALY

                                                           Né le 30 mars 1933 à Aumale (Algérie)

                                                           Décédé le 30 mai 2007 à Monthyon (77)

 

 

 

Son histoire avec la Seine-et-Marne

_____________________________________________________________________________

 

En 1960, Jean-Claude Brialy a acquis, grâce à l'aide financière de Claude Chabrol et de François Truffaut, le château de Monthyon en Seine-et-Marne, près de Meaux.

 

Ce château est édifié sur les ruines d'un château fort du XIIe siècle, ce bâtiment de style Louis XIV a l'allure d'une grande maison bourgeoise. Les douves ont été transformées en pièces d'eau et une double rangée de portes-fenêtres permet d'admirer le parc. Seules les tourelles d'angle lui confèrent un aspect défensif. Jean Auget a fait l'acquisition de la terre de Monthyon en 1709 auprès de l'héritière de Jean Chevalier, devenu baron en janvier 1659.

 

C'est dans cette demeure que jean-Claude Brialy venait tous les week-end et où il a passé les dernières années de sa vie. Son ami Jacques Chazot, malade y a fini ses jours en 1993 et repose dans le cimetière de la commune.

De nombreuses personnalités du monde du spectacle s'y croisaient à l'occasion de fêtes et de dîners.

C'est cet esprit qu'il revient à la municipalité de Meaux de préserver, l'acteur ayant fait don peu avant son décès à la ville de ce château : une bâtisse de 500 mètres carrés entourée d'un grand jardin de trois hectares. "il n'avait qu'une hantise : que tous ses souvenirs soient vendus aux enchères ou que le terrain soit cédé à un promoteur. Sans descendance directe, il était allé voir tous les ministres de la Culture successifs pour donner cette maison à l'Etat. Ils étaient tous d'accord mais personne n'a donné suite" explique la mairie.

Après délibération du conseil municipal, en septembre 2006, le legs de la propriété à la ville de Meaux s'est fait devant notaire à une condition : que l'endroit, estimé à, 1,4 million d'euros, reste en l'état avec son mobilier, ses photos, ses tableaux, et qu'il devienne une maison pour artistes et également que le compagnon de Brialy, Bruno Fink en conserve la jouissance jusqu'à la fin de sa vie.

 

La municipalité meldoise n'ouvre la propriété que lors des journées du patrimoine et les frais d'entretien qu'elle entraîne pour  la ville soulèvent aujourd'hui la controverse au sein du conseil municipal.

 

http://fr.topic-topos.com/image-bd/france/77/chateau-de-monthyon-monthyon.jpg

 

http://www.dirprod.fr/images/JEAN-CLAUDE%20BRIALY.jpg

 

 

Sources :

            - biographie, site jesuismort.com

            - article Libération janvier 2013

            - article Le Parisien septembre 2010

            - article Le Point novembre 2007