La Famille Menier (1825-1964)

 

Le personnage

http://www.atome77.com/images/articles/menier-jean-antoine-brutus-.jpg

En 1820, Jean Antoine Brutus Menier n'est encore qu'un préparateur en produits pharmaceutiques en charge de "La Maison Centrale de Droguerie". En 1825, l'entreprise située rue des Lombards à Paris pulvérise quantité de substances destinées aux pharmaciens. Le chocolat n'est encore qu'un "faire-valoir gustatif" mélangé à d'autres substances. Jean Antoine Brutus se préoccupe de la qualité de ses poudres et mélanges, ce qui n'est pas pour déplaire aux pharmaciens encore habitués aux solutions médicamenteuses approximatives sans réel suivi. Jean Antoine Brutus appose sa marque sur chaque produit ce qui l'engage désormais sur le chemin de la qualité. Le succès ne se fait pas attendre, mais l'outil de production constitué de meules à bras et de chevaux reste limité.

 La recherche d'espace et d'une autre source d'énergie est indispensable à la croissance de la Maison Centrale de Droguerie. Sur la Marne, de nombreux moulins utilisent la force hydraulique bon marché pour fabriquer mais également pour transporter leurs marchandises.

 De Meaux à Chelles, l'activité est intense. Les Menier, dont l’activité première est la production de poudres médicamenteuses, sont les créateurs et entrepreneurs des usines de chocolat Menier de 1825 à 1964.

 

Son histoire avec la Seine-et-Marne

Jean Antoine Brutus Menier choisit de s'installer à Noisiel où le potentiel de développement est grand, à mi-gravure_moulin.jpgchemin entre Paris (son siège social) et l'une des places fortes de Seine et Marne : Meaux. En 1824, il décide de louer le Moulin de Noisiel  il en sera propriétaire en 1838. Cette bâtisse en bois sans étage est montée sur deux piliers et accessible par un pont donnant sur la rive non aménagée.

http://renaudeaubelem.free.fr/images/menier emil.jpgBien loin de son aspect actuel, le moulin subira de nombreuses métamorphoses avant de devenir ce monument édifié par Jules Saulnier en 1872. En 1836, la première tablette enrobée d'un papier jaune avec médailles et signature est créée. Sa diffusion sera mondiale. A partir de 1842, la santé de J-A-B Menier se détériore ; il passe le pouvoir progressivement à son fils Émile Justin pour s'éteindre en 1853. Jusqu'en 1862, Noisiel produit poudres pharmaceutiques et chocolat, mais les critiques font rage ; comment peut-on manipuler sur un même lieu produits chimiques et denrées alimentaires ? Émile Justin Menier, loin de renier les choix de son père, va répondre aux critiques de brillante manière. Il modernise l'outil de production du chocolat sur le site de Noisiel et donne également à la pharmacie l'impulsion nécessaire pour faire de cette discipline le fer de lance de la production et de la création française.

 

image007.jpgLe nouveau moulin conçu par l'architecte Jules Saulnier et achevé vers 1872, sans conteste le plus beau des bâtiments de l’usine Menier à Noisiel (Seine-et-Marne), occupe la place centrale, à cheval sur la Marne.

 

Située à Saint-Denis, la Pharmacie centrale sera un centre chimique et pharmaceutique reconnu par ses pairs. Mais en 1867, la pression est trop grande, le choix de se séparer de la Pharmacie centrale est décidé.

Elle deviendra la Pharmacie centrale de France sous la conduite de Dorvault. A Noisiel, l'activité s'organise maintenant autour du chocolat de confiserie. Toutes les composantes de fabrication, aussi bien humaines que matérielles, sont étudiées pour faire de l'entreprise Menier une vitrine mondiale. Émile Justin Menier est homme politique pour influer et faire appliquer ses idées aussi bien à ses employés qu'à ses concitoyens de Noisiel dont il est le maire depuis 1871.

http://renaudeaubelem.free.fr/images/3quartav.JPGimage011.jpgLa cité ouvrière fait donc partie intégrante de la composante de fabrication voulue par Menier. Homme de progrès de par ses choix industriels et commerciaux, Émile Justin recherche l'autonomie concernant ses produits de base. Il devient propriétaire de sucrerie, arme une flotte de navires avec pour fleuron le Belem pour rapporter les cacaos dont il est le propriétaire au Nicaragua, il rénove la Ferme du Buisson pour satisfaire les besoins alimentaires de la population de Noisiel, une coopérative voit le jour. La ferme fournira également le lait pour la fabrication du chocolat au lait dès 1920. Tous les éléments sont réunis pour que la chocolaterie de Noisiel devienne la plus importante du monde.

 

 

image013.jpg

1881 marque la disparition d'Émile Justin Menier. Son œuvre dédiée au progrès et au bien-être social sera poursuivie par deux de ses trois fils : Gaston et Henri. Ce dernier est à l'origine de la dernière avancée commerciale : la publicité. Il fait rentrer l'entreprise dans l'inconscient collectif en 1892 par l'intermédiaire de l'illustrateur Firmin Bouisset qui n'hésitera pas à utiliser sa propre fille comme modèle et à l'afficher sur tous les murs de France.

 

image015.jpgLa chocolaterie de Noisiel se transforme encore pour devenir un haut lieu de fabrication. La Cathédrale édifiée en 1908 en est le symbole. D'une utilité contestée, elle marque un tournant et prédispose d'un avenir incertain. Quand l'homme se prend pour Dieu, le déclin n'est pas loin. La démonstration de puissance par des achats en tout genre frise la mégalomanie. Yachts, hôtels particuliers, Anticosti (île au large de Terre-Neuve) et Chenonceau en Touraine montre que l'idéal du père s'essouffle.

En 1913, Gaston prend le contrôle de la chocolaterie après la mort de son frère aîné. Les innovations d'envergure ont cessé et l'entreprise rentre de plein pied dans la première guerre mondiale. Ce conflit qui touche Noisiel révèle les qualités patriotiques de la famille Menier. La maison de retraite Claire Menier construite en 1902 sert d'hôpital militaire ainsi que Chenonceau.

Jacques, l'un des fils de Gaston, est aviateur et participe au conflit de manière héroïque. Commercialement, la situation n'est pas catastrophique : la ration alimentaire des combattants comprend une barre de chocolat et les Menier entendent bien alimenter tous ces "poilus".

 

1918 marque la fin de la première guerre mondiale et le début des premiers troubles sociaux.

Gaston Menier continue de faire face également à la concurrence. Il meurt en 1934, un an après son fils Georges laissant la place à Jacques qui déjà affaibli physiquement au cours d'un grave accident durant la guerre va subir les foudres des syndicats et perdre pied au milieu de cette marée rouge. Le choix des urnes est hostile aux Menier. Ils perdront tour à tour leurs mandats municipaux. La seconde guerre mondiale sonnera la fin de l'entreprise. Hubert Menier tentera bien de redresser la barre, une embellie en 1939 et le maintien à flot jusqu'en 1950.

image017.jpgMais la maladie emporte Hubert en 1959. Son frère Antoine assure alors la direction de la firme. Les enfants d'Hubert sont trop jeunes pour lui succéder et la guerre de succession opposant les héritiers, ne pouvait que fragiliser les intérêts de l'entreprise. En 1960, Menier doit fusionner avec la société Rozan. La société Menier est rachetée dans sa totalité en 1965. Deux ans après, Antoine meurt sans postérité à Paris, le 12 août 1967 à l'âge de 62 ans. Antoine aura été le dernier des Menier à diriger l'entreprise Menier.

 

 

image019.jpg

 

Sources Internet:

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Menier (entreprise) de Wikipédia en français (auteurs)

http://pone.lateb.pagesperso-orange.fr