OURASI  « LE ROI FAINEANT »

 

Le « Roi fainéant  a 32 ans ». Né à Saint-Etienne-l’Allier dans l’Eure, ce monstre sacré des hippodromes a marqué l’histoire du trot en s’adjugeant à quatre reprises le Prix d’Amérique, une performance inédite. Gros plan sur Ourasi et sa carrière de course exceptionnelle de 58 victoires et 22 places en 85 courses.

image180

Un poulain insouciant mais doué

Elevé au haras Saint-Georges par Rachel Tessier et Raoul Ostheimer, le jeune alezan brûlé brille par son indolence et son insoumission à l’entraînement. Il se qualifie péniblement et ses débuts en compétition ne sont guères glorieux. Rêveur et peu appliqué, il hypothèque ses chances de victoire dès le départ malgré des bouts de classe époustouflants en fin de parcours. Difficile alors d’imaginer que ce poulain un peu gras et paresseux est appelé à devenir le cheval du XXe siècle.

 

Repéré par Pierre-Désiré Allaire et Ali Hawas qui tentent vainement de s’en porter acquéreurs, il débute son année de 3 ans en fanfare en remportant le premier d’une longue liste de groupes I : le Critérium des jeunes.

 Désormais associé au célèbre driver Jean-René Gougeon, il bat les records de vitesse de sa génération et seuls O Sole Mio et Orco parviennent à contester sa suprématie, ce dernier lui dérobant le Critérium des 3 ans. Son année de 4 ans est plus compliquée puisqu’il échoue dans les principaux classiques, distancé dans le Critérium des 4 ans et 5ème dans le Critérium Continental.

 

5861358088110

 

La décision est alors prise de mettre Ourasi en pension au centre d’entraînement de Moissy-Cramayel où officient le Pape de ourasi_sliderVincennes (surnom de Jean-René Gougeon) et son futur lad attitré : Philippe Renouf. C’est le début d’une fructueuse collaboration…

 

 

 

 

Ourasi l’extra-terrestre

Leader incontesté de sa génération grâce à son succès sur son rival Ogorek dans le Critérium des 5 ans, Ourasi s’affirme et enchaîne les succès. Il brille dans les préparatoires du meeting d’hiver 1985/1986 et triomphe logiquement à 6 ans dans son tout premier Prix d’Amérique, record de l’épreuve à la clé.

Le rouleau compresseur est en marche et le protégé de Jean-René Gougeon rafle en une année et demie 22 victoires consécutives ! Il se sort des pièges les plus inextirpables comme dans le Prix René Ballière 1986 et glane le championnat du monde des trotteurs 1987 en ridiculisant la concurrence.

 

Défait par son sparring-partner Olympio de Corseul le 16 juin 1987, Ourasi observe une longue période de repos pour mieux rebondir en 1988 dans le Prix d'Amérique où seul Permissionnaire parvient à lui tenir tête. L’année 1988 est décidément l’année des triplés puisqu’outre l'épreuve-reine, il remporte le Prix de France, le Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur et le Prix de l’Atlantique pour la troisième année de suite.

 

Souverain en Europe, il ne lui restait plus qu’à aller disputer le titre du meilleur trotteur du monde à Mack Lobell, recordman du monde de vitesse et récent lauréat de l’Elitloppet.

 

Dans un « Match du siècle » organisé sur le mile du Garden State Park de Philadelphie, le champion tricolore donna la leçon à l’impétueux américain après une remontée fantastique à faire frissonner l’échine. Malheureusement, l’alezan brûlé se fit damer le pion par Sugarcane Hanover qui lui avait déjà donné du fil à retordre dans le Grand Prix d’Aby.

 

A jamais dans la légende

Vainqueur moral du Match du siècle, Ourasi n’en était pas moins émoussé par une année de 8 ans éreintante qui l’avait vu courir à 17 reprises. Annoncé victorieux avant l’heure de l’édition 1989 du Prix d’Amérique, il ne put faire mieux qu’un second accessit et les choses n’allaient pas aller en s’arrangeant puisque quelques semaines plus tard, son mentor était victime d’un grave infarctus, laissant son frère « Minou » Gougeon aux commandes.

 

Bien que le Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur et le Prix de l’Atlantique soient à nouveau tombés dans son escarcelle pour la quatrième année consécutive, le Roi fainéant se montre de plus en plus anxieux, atteint de coliques urinaires. Mais il était dit qu’Ourasi avait rendez-vous avec l’histoire le 29 janvier 1990 où 30000 spectateurs s’étaient amassés à Vincennes pour le voir décrocher, à 10 ans, une ultime couronne dans le Prix d’Amérique et dépasser au tableau des médailles les trois victoires d’Uranie, de Roquépine et de Bellino II.

 

Si sa carrière au haras n’a pas été couronnée de succès, ce patrimoine vivant coula une retraite bucolique au haras de Gruchy dans le Calvados.

Il fête le 7 avril 2011 ses 31 ans, l'équivalent de 100 ans chez un être humain. En effet, la durée de vie moyenne d'un cheval de compétition est de 25 ans.

Ourasi meurt le samedi 12 janvier 2013, à bientôt 33 ans, au haras de Gruchy, en Normandie.

Son histoire avec la Seine-et-Marne

 

A Moissy - Cramayel

 

 

image184

 

Ourasi et Jean-René Gougeon

 

 

 

 

 

 

image186

 

 

 

 

 

                                                L’entraînement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources Sites Internet :

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Ourasi de Wikipédia en français (auteurs)

http://ourasi.leroifaineant.free.fr